Colombani Avocat
4, Rue Albert 1er
59140  Dunkerque
N°TVA :

Cyberdépendances enjeux criminologiques enfin disponible en France
27/08/2015

Cyberdépendances enjeux criminologiques enfin disponible en France

La Librairie du Québec à Paris distribue ce travail dont voici la préface du Dr Michel Dubec, expert psychiatre près la Cour de Cassation:

"PREFACE

Monsieur COLOMBANI est un homme qui a l’ambition d’irriguer le désert. Ce n’est pas impossible, mais c’est long. À l’heure où l’on se plaint d’une pénalisation de la République, il cherche à pénaliser l’anarchie.

Internet, en effet, se présente à nous tous comme un magma qui, tour à tour, nous donne des informations encyclopédiques parfois ou bien nous jette dans l’abîme des erreurs et des monstruosités. Il y est impossible de démêler le vrai du faux, car ils sont étroitement entrelacés. On peut aujourd’hui se passer de télévision, mais on ne peut plus se passer d’Internet.

Accusé souvent d’être Big Brother, on chercherait en vain le génie ou le diable manipulateur à l’origine de la toile. Le réseau est aujourd’hui si étendu et si permanent que ce serait une erreur de chercher le stratège nocif d’un côté et la blanche victime de l’autre.

C’est l’erreur dans laquelle ne tombe pas Monsieur COLOMBANI. L’internaute n’est jamais ni tout blanc ni tout noir, le réseau le transforme en une zone grise à l’infini.

Plutôt que de se contenter de la simple description, de la passivité et de la démission, Monsieur COLOMBANI propose de punir et de soigner. Il traite l’addiction pour ce qu’elle est, c’est-à-dire une maladie, mais il recherche également le trafiquant de drogue, étant entendu que celui-ci est souvent un intoxiqué également.

Son entreprise est aussi difficile que la lutte contre la toxicomanie, et bien plus encore, car il n’y a plus d’enfant ou d’adolescent qui n’y a pas touché, alors que fort heureusement beaucoup d’entre eux ne connaissent pas les dérivés de l’opium ou de la coca.

Comment faire d’Internet un bon usage ? La réponse est apparemment simple : en sanctionnant les mauvais usages. Mais ce principe moral est  inapplicable en ce qui concerne Internet. Ce n’est pas seulement qu’il est un monde sans loi, c’est le procédé technique inventé par l’homme qui le dépasse.

Ce n’est pas une image rebattue de science-fiction du robot qui s’autonomise, devient indépendant et finit par dominer son créateur, c’est une réalité d’aujourd’hui.

Internet n’est pas l’électricité ou le cheval-vapeur, instruments techniques qui ont révolutionné l’industrie et la vie des hommes, mais qui sont restés des moyens techniques de transport et de production d’énergie.

Internet est tout simplement et diaboliquement un moyen de communication qui fait qu’il a changé de langage et donc, qu’il a changé l’homme. Personne ne sait où nous irons avec lui. Ce qui est sûr c’est que nous n’irons plus sans lui.

Dieu a voulu punir Nemrod qui, construisant la Tour de Babel, voulait atteindre le ciel. Il modifia la langue des bâtisseurs les faisant étrangers les uns aux autres, si bien qu’ils ne pouvaient se comprendre. Mais une autre traduction de cette allégorie a été proposée par les exégètes du Talmud qui ont suggéré l’idée selon laquelle Dieu punissait les hommes en les faisant tous parler de manière identique. C’est pourquoi ils  ne pouvaient se comprendre.

Avec Internet, nous sommes tour à tour dans une traduction ou dans l’autre : chacun parle un langage différent ou bien tout le monde dit la même chose, mais de toute manière, il n’y a aucune vérité et souvent aucun sens à ce moyen de communication mondial. Chacun peut y trouver ce qu’il veut et comme Narcisse se mirer dans la toile, s’amouracher de lui-même et finir par s’intoxiquer.

Monsieur COLOMBANI, répétons le, a pour ambition, non pas de légiférer, mais d’entamer un processus d’ordonnancement, si cela est réalisable. Souhaitons qu’il réussisse, sans lui donner une échéance impossible à prévoir ou à deviner, mais il serait bon qu’on le suive sur ce chemin qui devrait être l’œuvre de tous, sans attendre une catastrophe qui obligerait à créer un tribunal pénal. 

Michel Dubec "

Retour
Top