Colombani Avocat
4, Rue Albert 1er
59140  Dunkerque
N°TVA :

N°1: Dont @acte!
26/11/2008

Revue trimestrielle de la Chambre Régionale des huissiers de Justice du Nord Pas de Calais.

J'adore les n°1.

Je ne suis pas collectionneur, mais j'en posède un certain nombre.

Aussi, je suis content d'avoir été rendu destinataire du N° 1 de la Chambre qui contient le "Billet d'humeur de Me R@leur"

Je cite: "... Certes, le futur efrraye. Et ce ne sont certainement pas les réformes engagées qui devraient nous rassurer. D'ailleurs ce sont bien elles qui sont à l'origine de cette inquiètude. Il y a d'abord l'extension du ressort aux limites du Tribunal de grande instance, puis la réforme de la carte judiciaire dont on ignore comment elle sera faite, faute d'enveloppe, et les modifications des règles comptables. Cela fait beaucoup d'un seul coup!..."

Et plus loin " notre métier n'est pas un métier comme les autres. N'en déplaise à Monsieur Attali qui dans son rapport envisage la mise en concurrence totale en supprimant le numerus clausus. Parceque dans ce cas, la pression sur le justiciable serait tellement forte qu'elle conduirait à une désorganisation de la société civile le débiteur devenant un proie..."

Bienvenue au club Me R@leur!

C'est vrai que lorsque les justiciables seront conseillés par des fonctionaires du 3939, jugés par des concilliateurs, saisis par des gros bras... il sera temps de crier à l'échec de la déjudiciairisation!

En attendant, la grande profession du droit est en marche!

Au lieu de permettre l'interprofessionalité, il est question de ruiner les années d'efforts à l'université et à l'entrée des écoles pour des praticiens libéraux et de mettre des PME spécifiquement règlementée en concurrence déloyale avec le service public qui fait croire que pour zéro euro, zéro cent le justiciable se conbtentera de la déjudiciarisation!

Les personnes de cette génération "il est interdit d'interdire" sont les pires censeurs que nous pouvons imaginer.

Non contents d'avoir dépensé les économies de leurs pères, ils font supporter aujourd'hui leurs erreurs de gestion sur les professions libérales et les classes moyennes.

Le justiciable, pour sa part devra soit faire la révolution, comme eux finalement, soit supporter la privatisation des moyens de contrainte de l'Etat...

Retour
Top