Colombani Avocat
4, Rue Albert 1er
59140  Dunkerque
N°TVA :

Requiem pour le Commandant Moussa: bon vol!
15/02/2013

« Et pourtant, lui avait répondu Rivière, si la

vie humaine n'a pas de prix, nous agissons

toujours comme si quelque chose dépassait,

en valeur, la vie humaine...Mais quoi ? »

( Antoine de Saint- Exupéry - Vol de nuit )

Le Commandant de bord, Moussa Mahamane Arzika, a disparu lundi 4 février dans un accident d'avion à l''Aéroport Diori Hamani de Niamey, il a été inhumé hier soir au cimetière musulman de Niamey, et des priéres sont également montées aux cieux en l'église de Niamey.

Il est parti avec ses deux compagnons d'équipage et mécaniciens, Boukari Alichina et Ibrahim Zakari.

Le Commandant Moussa était venu en France pour ma soutenance de thèse, en bazin blanc, représenter mon défunt père, son ami!

Un homme fidèle, loyal, un exemple pour moi dont je souhaite honorer la mémoire ici.

"Au cours de la cérémonie de levée du Corps, au nom de la famille de l'aviation civile nigérienne, le Commandant de l'Aéroport de Niamey a prononcé l'oraison funèbre dans laquelle il a retracé le parcours de Moussa Mahamane Arzika et rendu hommage à l'un des pionniers de l'aviation civile nigérienne et africaine. Né le 26 avril 1942 à Tessaoua, Moussa Mahamane Arzika, nanti d'un Bac technique, intégra en 1962 une école professionnelle de formation de pilotes aux Etats Unies où il obtint le Brevet de pilote professionnel en 1966 et celui de pilote de ligne en 1968. Depuis, il servit successivement à la Compagnie Air Niger, la Compagnie Air Ivoire puis comme pilote de ligne à la Compagnie continentale Air Afrique qu'il intégra en 1968. Ces brillants états de service comme pilote de ligne lui ont permis d'être confirmé dès 1969 comme Commandant de bord sur DC4, sur DC10 puis Commandant de bord sur Caravelle en 1973, et sur DC 8 en 1978. Arzika atteindra le sommet de sa carrière avec sa confirmation, en juillet 1984, comme l'un des rares pilotes africains à l'époque à accéder au titre de Commandant de bord sur Boeing 747, à l'époque, le plus gros avion de transport civil en service. Un acte dont le Chef de l'Etat du Niger, le général Seyni Kountché, a tiré la plus grande fierté pour un compatriote au point de lui décerner le grade de Commandeur dans l'Ordre national du Niger. Par patriotisme, le Général Seyni Kountché a continué, pour beaucoup de ses missions long courrier à l'extérieur du Niger, de faire appel au Commandant Moussa Arzika. Ces mêmes états de service lui ont valu de présider, pendant longtemps, l'Association africaine des pilotes de ligne. Même avec sa retraite officielle comme pilote de ligne, Moussa Arzika a continué, avec une passion singulière, à mettre son expérience professionnelle au service du Niger et des pays de l'Afrique de l'ouest à travers l'Agence de l'aviation civile de la Côte d'Ivoire et l'agence nationale de l'aviation civile du Niger où il est tantôt inspecteur, tantôt instructeur-testeur pour valider ou retirer les licences de vol. La disparition du Commandant Arzika connu, aimé et respecté pour ses qualités professionnelles et personnelles notamment, la courtoisie, la gentillesse, l'élégance des gestes et sa chaleur humaine, est un grand vide pour le monde de l'aviation civile nigérienne et africaine, dira l'orateur."

Il laisse une veuve et 4 enfants qu'il sachent qu'ils font partie des miens et que je me sens aussi orphelin.

Retour
Top